14 décembre 2008

seuil...

J'aurais aimé pouvoir déposer des fleurs au pied de notre stèle, mais comment faire lorsque la glace fige la poussière...au delà des murs de chair j'ai punaisé l'arrogance de nos caresses...et tu me regardais, assis sur des kilomètres de mensonges, à faire valser nos petits papiers...alors j'ai préféré mettre un terme à ce fléau qu'était notre prison...mais je termine sur une impression, une putain d'impression, qui occulte comme une parcelle d'existence, comme une impression qui se rit de moi en fumant mes sueurs... [Lire la suite]
Posté par almerys à 01:04 - Commentaires [4] - Permalien [#]